Création de l’observatoire national des violences visant les sapeurs-pompiers


Cette instance est une mesure du plan de prévention des violences faites aux sapeurs-pompiers, diffusé aux préfets le 20 août 2020 par le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

 

Ce 18 décembre 2020, Alain Thirion, Directeur Général de la DGSCGC, a procédé à son installation en présence des différents membres et partenaires.

 

Cédric Selliez (UNSA SDIS-59) et Charles Cosse (UNSA SDIS-33) y participaient et représenteront l’UNSA-SDIS de France.

 

QUEL SONT LES MISSIONS DE CET OBSERVATOIRE ?

Sa mission globale est d’analyser le phénomène des violences faites aux sapeurs-pompiers en collectant des données normalisées et en mesurant l’efficacité des actions menées.

Pour cela, voici les orientations qui constituerons l’essentiel des premiers travaux :

  • Fiabiliser la qualité de la remontée d’information lié à ce phénomène,
  • Élaborer un questionnaire à destination des SIS pour permettre un état des lieux des mesures mises en place sur les territoires (protocoles, liens avec le judiciaire, etc…),
  • Insister sur la formation des personnels pour faire face aux violences,
  • Développer le matériel notamment les caméras piéton ou embarquées dans les véhicules.

QUELLE EST SON ORGANISATION ?

L’observatoire est divisé en deux comités différents :

  • Le comité de pilotage, qui fixe la ligne directrice des travaux et le programme
  • Le comité technique qui mène le travail de fond et rédige les rapports

La fréquence des rencontres est fixé à 4 fois par an et les travaux pourront être menés au niveau inter-administrations, interministériel et même international.

QUI Y SIEGE ET POUR COMBIEN DE TEMPS ?

  • Le Directeur des Sapeurs-Pompiers,
  • 3 DDSIS ou DDA désignés par le président de l’ANDIS,
  • 1 DDSIS désigné par le Préfet,
  • 1 représentant de la BSPP et du BMPM,
  • 1 officier de l’inspection générale de la sécurité civile,
  • 1 personnalité extérieur désignée par la DGSCGC,
  • le conseiller social de la DGSCGC,
  • 2 représentants par organisation syndicale de sapeurs-pompiers,
  • 4 représentants de la FNSPF.

==>> L’observatoire est installé pour une durée de trois ans.

L’UNSA-SDIS de France salue cette initiative comme toutes celles permettant de réduire les violences faites aux sapeurs-pompiers.
Cet observatoire est un outil permettant d’objectiver ce phénomène en s’appuyant sur des statistiques fiables, permettant le suivi de l’efficacité des mesures mises en place pour lutter contres les violences.
Cependant l’UNSA-SDIS de France, regrette que la DGOS ne soit pas présente pour participer à ces travaux, notamment sur la problématique des la prise en charge des victimes souffrants de troubles psychiatriques.