L’UNSA REÇUE PAR LE SÉNATEUR SÉBASTIEN MEURANT

Inquiets des conséquences de l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne dans l’affaire Rudy Matzak / ville de Nivelles, nous avons interpellé tous les députés et sénateurs du Val d’Oise, la Présidente du Conseil Départemental ainsi que tous les administrateurs du SDIS dont le Président.

Vendredi 7 septembre, l’UNSA-SDIS 95 était reçue par le sénateur Sébastien MEURANT.

Plus d’une heure d’entretien pour lui présenter notre analyse et les conséquences prévisibles :

• La fin du double statut pour les SPP en « G24 ».
• Une baisse drastique du nombre de gardes pour les autres SPP et lesPATS.
• Le même impact sur tous les SPV à terme.
• Les difficultés pour mettre en place l’astreinte qui ne constitue pas une vérité absolue pour les SPV car, jusqu’à preuve du contraire, Rudy MATZAK a été reconnu comme « travailleur » alors qu’il était en astreinte.
• Une dégradation de la couverture opérationnelle inédite dans le SDIS 95 et qui ne va pas cesser de baisser pour les Val d’Oisiens voire la fermeture de centres.

Convaincu par notre échange, le sénateur s’est engagé à porter nos arguments auprès des autres élus du département et de l’Association des Maires d’Ile de France.

Dès la semaine prochaine, il adressera une question au gouvernement
et au Ministre de l’Intérieur. Une rencontre importante pour les sapeurs-pompiers et les habitants du Val d’Oise qui, espérons-le, en appellera d’autres.

UNE MISE EN OEUVRE PRÉMATURÉE DU RIFSEEP ?

L’UNSA SDIS 95 dénonce depuis le début la mise en place du RIFSEEP au 1er juillet 2018. Comme les PATS l’avaient demandé dans le sondage, nous avons essayé d’obtenir une application au 1er janvier 2019. Ce délai aurait permis d’avoir un réel accompagnement des chefs de services sur ce nouveau régime indemnitaire. Mais nous avons essuyé un refus catégorique de l’administration.
Pourtant, aujourd’hui beaucoup de chefs de services ne sont pas en mesure d’expliquer aux agents ce qu’est l’IFSE, dans quels groupes de fonctions leurs agents se situent et, pire encore, beaucoup ignorent les modalités d’application du CIA et sont toujours persuadés que pour augmenter un agent un autre doit perdre. Pourtant, l’administration a débloqué une enveloppe de 50.000€ qui doit permettre une véritable valorisation du travail.

Une fois de plus nous déplorons le manque d’information de l’Administration qui avance à marche forcée !

EXAMEN PROFESSIONNEL DE SERGENT, ON Y EST !

Pour répondre aux attentes des caporaux, l’UNSA-SDIS 95 était la seule organisation à demander un examen professionnel de sergent pour les plus anciens caporaux, en complément du concours interne et des nominations au choix des agents ayant fait une RATD. On y est !
Ainsi, ce sont 375 candidats sélectionnés sur leurs dossiers, parmi lesquels 22 val d’oisiens, qui sont autorisés à prendre part à l’épreuve orale.
Objectif : au moins 15 val d’oisiens supplémentaires, nommés au grade de sergent SPP et donc 15 chefs d’agrès (CA1) supplémentaires en renfort dans les centres de secours.

 

thumbnail of UNSAffichage 37