DIVISER POUR MIEUX RÉGNER ?


Plusieurs cadres nous ont informés avoir été approchés par leur hiérarchie pour monter un syndicat cadres. Si l’arrivée d’un nouveau partenaire social est en soi une bonne nouvelle, nous nous interrogeons sur la méthode :
• Quels objectifs se cachent derrière cette commande de l’Administration ?
• L’équité syndicale sera-t-elle bien respectée ?
• Y aurait-il une relation de cause à effet suite aux excellents résultats de l’UNSA-SDIS 95 lors des dernières élections professionnelles ?

Ces questions devraient rapidement trouver une réponse…
Si la méthode nous apparait plus que douteuse, pour l’UNSA-SDIS 95 notre force réside dans la dimension multi-catégorielle de notre organisation et nos seuls objectifs sont la défense des agents et la qualité de notre service public

RÉGULATION SAMU, RIEN DE VA PLUS !


En 2015 et 2017, l’UNSA-SDIS 95 a initié un mouvement de grève suite aux augmentations de l’activité du Secours d’Urgence Aux Personnes (SUAP). A l’issue du second, nous avions été reçus par l’autorité préfectorale qui avait promis des améliorations. Force est de constater que le résultat est tout autre…

2018 aura été l’année de l’explosion de l’activité SUAP !

6.341 interventions supplémentaires avec une baisse de 50 % des carences ambulancières qui ne représenteraient plus que 1% de nos interventions SUAP… Mais pour qui nous prend-on ?
• Malade à domicile, fille de 13 ans qui pleure, douleur à l’éjaculation, crise de nerf d’un enfant refusant de faire ses devoirs… cela relève-t-il de nos missions ?
• Pourquoi les bilans secouristes ne sont-ils pas pris en compte ?
• Pourquoi les sapeurs-pompiers sont-ils considérés comme de simples transporteurs ?
Des efforts conséquents ont pourtant été faits en matière de formations et d’équipements médico-secouristes et depuis novembre 2018, la réception des appels 112 est assurée par le SDIS. Pourtant, déjà le SAMU rencontre des difficultés de réponse et de régulation des bilans.

2019 sera pire !

Dès les premiers mois de 2019, c’est une augmentation de plus de 18% de l’activité SUAP. L’UNSA-SDIS 95 a saisi l’Administration. Par un courrier en date du 31 janvier 2019 nous demandons :
• Un relèvement des EJG, en cohérence avec l’armement, et des effectifs dans les centres les plus sollicités,
• Une révision à la hausse du nombre de CA1 dans les cartes d’identité structures,
• La nomination de sergents supplémentaires (CA1),
• La programmation de formations au permis poids lourd (PL) pour les équipiers et chefs d’équipe,
• Une priorisation d’affectation et de formation de CA1 et de PL pour les centres en souffrance.
• La fin de la régulation médicale systématique.

Le 22 février se tiendra une réunion du comité de suivi SAMU/SDIS. Si aucune mesure concrète n’est prise pour faire diminuer significativement les interventions non-urgentes, l’UNSA-SDIS 95 appellera à un mouvement social d’ampleur et unitaire, courant mars, pour dénoncer cette situation et lutter contre la sursollicitation des sapeurs-pompiers sur des missions qui ne leur incombent pas.

NÉGOCIATIONS : LES LIGNES BOUGENT


Le mardi 19 février se tenait une réunion de négociations relative au régime indemnitaire. Les lignes bougent avec des avancées concrètes, mais avec encore trop de points de blocage ou restés sans réponse.
Un communiqué complet vous sera proposé dès la semaine prochaine.