thumbnail of UNSAffichage 51

SYNDICAT-FICTION…

Ils avaient annoncé la couleur sur leur profession de foi et ils confirment !
Que la CGT-SDIS 95 suive la consigne nationale qui leur a été donnée de déclencher un maximum de grèves dans toutes les branches, c’est leur droit et ce mode d’action fait partie de leur ADN.
En revanche faire du « syndicat-fiction » en diffusant des « fake news » pour jouer sur les peurs, à l’approche des fêtes, est inacceptable. Les sapeurspompiers du Val d’Oise méritent mieux que ça !
Pour l’UNSA-SDIS 95 la grève est le dernier recours, pas le premier !

Le calendrier proposé par l’Administration nous convient. Dans moins d’un mois, après les fêtes, nous serons autour de la table avec du concret :
• Mise en conformité de la délibération relative au temps de travail, sans modification du temps de présence (C’est écrit noir sur blanc dans les documents remis aux organisations syndicales !).
• Mise en place d’un régime indemnitaire pour les non-logés.
• Mise en conformité du régime indemnitaire.
• Besoins de sergents en unités opérationnelles
• Détermination des embauches complémentaires en unité opérationnelle et sur les fonctions support.
Tous ces dossiers sont imbriqués et nécessitent de la négociation et un important travail que l’UNSA-SDIS 95 a déjà anticipé. Nous sommes vigilants et prêts à nous mettre autour de la table.

LES POMPIERS VONT-ILS TRAVAILLER PLUS ?

NON, il est impossible de faire travailler davantage les sapeurs-pompiers du Val d’Oise en unités opérationnelles :
• Décret n°2001-1382 relatif au temps de travail des SPP
Décret n°2001-623 concernant le temps de travail dans la fonction publique territoriale, qui renvoie sur le décret n°2000-815 relatif à l’aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l’État.

Quelques points clés :
• Le temps d’équivalence de la « G24 » est fixé par le Conseil d’Administration (CASDIS) et ne peut pas être différencié entre logés et non-logés.
• Quelle que soit la valeur de le « G24 », en France un SPP (logé ou pas) est soumis à des plafonds : 1607h de temps de travail et 2256h de présence.
• Le temps de travail entre logés et non-logés peut tout à fait être différencié.

Pour l’UNSA-SDIS 95, il est même possible de déplafonner le nombre de « G24 » et de diminuer le nombre de « S12 » pour les logés : notion de « Plafond Évolutif Garde » (PEG) que nous défendions dès 2014 !

EST-CE LA FIN DU DISPOSITIF « PROPRIÉTAIRE-OCCUPANT » ?

NON. L’UNSA-SDIS 95, syndicat majoritaire, n’a JAMAIS eu une telle information !

Pour l’UNSA-SDIS 95, ce dispositif fait partie de l’histoire de notre SDIS et a toujours été décisif pour fidéliser les agents et freiner les mutations externes. Depuis 1992, les agents ont été vivement encouragés à y entrer et il est inimaginable d’y mettre fin. Nous réitérons qu’à aucun moment cela n’a été évoqué par l’Administration.

Rappelons quand même que, lorsque les avantages liés au logement ont été véritablement menacés, l’UNSA-SDIS 95 a su se positionner en leader, force de propositions et meneur d’un mouvement social dont nous sommes tous sortis victorieux !

L’ADMINISTRATION A-T-ELLE ÉVOQUÉ UNE SORTIE LENTE DU DISPOSITIF « PROPRIÉTAIRE-OCCUPANT » ?

OUI, l’Administration a fait part de son souhait « d’arrêter d’alimenter la pompe ». Mais ce n’est absolument pas une nouveauté ! Voilà plus d’un an que nous échangeons régulièrement sur le sujet, lors de nos visites dans les CIS.
Aucune négociation n’a été amorcée, et encore moins concernant les agents logés qui déménageraient qui perdraient le logement. L’UNSA y serait hostile.
À moins d’échanges en l’absence de l’UNSA-SDIS 95, aujourd’hui les déclarations à l’emporte-pièce de la CGT n’ont aucun fondement !

Ce dossier doit être traité avec sérieux et sans démagogie car il pose la question du dispositif logement à très long terme.
• Faut-il encourager les jeunes recrues à se surrendetter sur 30 ans en s’appuyant sur le dispositif « propriétaire – occupant » ?
• Les démagogues d’aujourd’hui peuvent-ils leur garantir que ce dispositif sera pérennisé toutes ces années ?
• Ne faut-il pas valoriser la situation des non-logés tant sur le plan indemnitaire (IAT/IFTS) que sur leur temps de travail ?
Cette question devra être tranchée courant 2019, et fidèles à notre conception de « représentants du personnel », nous vous consulterons.

LA SITUATION DES NON-LOGÉS VA-T-ELLE ÉVOLUER ?

OUI, enfin !
L’UNSA-SDIS 95 est la seule organisation à avoir porté plusieurs propositions pour les non-logés durant les 4 dernières années. L’Administration a enfin accepté d’ouvrir le dossier « non logés », début 2019, tant sur le volet indemnitaire que sur leur temps de travail.

Nos revendications sont toujours sur notre site internet :
• Un temps de travail moindre que les agents logés
• Pas d’astreinte
• IAT (ou IFTS) au taux 8

LE SDIS 95 VA-T-IL EMBAUCHER ?

OUI, la cause est entendue et depuis longtemps !

A plus de 100.000 interventions cette année, OUI il faut embaucher et OUI le SDIS 95 va embaucher.
1. Le 8 mars 2018, nous rencontrions le Président du SDIS et face à l’explosion de l’activité « SAP » il reconnaissait qu’il faudrait en tirer toutes les conséquences en matière de recrutement. Notre communiqué du 9 mars 2018 titrait : « Plus de Val d’Oisiens, plus de pompiers ! »
2. Le 29 juin 2018, l’UNSA-SDIS 95 annonçait aux élus du Conseil d’Administration (CASDIS) la nécessité de recruter 70 sapeurs-pompiers professionnels supplémentaires.
3. Le 11 décembre 2018, le Président Luc STREHAIANO confirmait sa volonté de déplafonner les 655 agents en structures opérationnelles.

Il reste à déterminer le nombre de recrutements en tenant compte des réalités, sans
partir dans une inflation démagogique du syndicat qui proposera le plus gros chiffre.

VOUS AVEZ DIT CONFIANCE ?

Auriez-vous confiance dans un syndicat qui :
• Joue sur les peurs pour faire le buzz en infusant des fake news ? L’avenir nous donnera raison !
• Demande 150 embauches après avoir voté POUR la suppression de 130 postes en 2016 et encore POUR la suppression de 6 postes de lieutenants il y a 2 jours !? (postes destinés à d’actuels sous-officiers !)
• Demande de l’aide aux pompiers volontaires et aux doubles-statuts alors qu’il demande l’application de l’arrêt MATZAK qui signe leur arrêt de mort !

NOUS NON !

L’UNSA-SDIS 95 travaille et est prête à négocier !