UNSAffichage N°2019-14 : de qui se moque-t-on?

SUAP : STOP, ÇA SUFFIT !

Les chiffres parlent d’eux-mêmes, alors que le Secours d’Urgence Aux Personnes (SUAP) explosent (+34% en 4 ans, sur la base des premiers mois de 2019), le nombre des carences a chuté de 44%.
En 2018 les carences ne représenteraient que 1 % de nos interventions…

De qui se moque-t-on ?

Douleurs dentaires depuis une semaine, crise de nerfs d’un enfant qui ne veut pas faire ses devoirs, sonde urinaire douloureuse, jeune fille qui pleure, constipation, toux, asthénie, douleurs au ventre depuis 7 jours, pas de carte de sécu, etc.

EXPLICATION DE TEXTE AU CONSEIL D’ADMINISTRATION :

Lors du CASDIS du 29 mars, nous avons dénoncé cette situation qui ne peut plus durer. Bien entendu, il ne s’agit pas de critiquer le travail des agents du SAMU qui font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont. Mais nous ne supportons plus la politique qui y est menée et la mauvaise foi permanente :

Comment expliquer que le SAMU reconnaisse et indemnise entre 14 et 25
% de carences ambulancières dans les SDIS voisins et seulement 1% dans
le Val d’Oise ?
• Comment expliquer que 56,4 % de nos interventions SUAP ne soient que du transport de malades, sans geste secouriste ?
• Comment expliquer que, dans le même temps, les transports sanitaires privés soient en baisse dans le Val d’Oise ?
• Comment expliquer que les chefs d’agrès VSAV ne sont pas écoutés, parfois dans des conditions humiliantes ?
• Comment expliquer que les nouveaux outils dont nous disposons (dextro, multiparamétrique avec télétransmission) rencontrent autant de résistance de la part du SAMU ?
• Pourquoi les opérateurs CODIS doivent-ils attendre que le SAMU décroche pour transférer un appel en régulation ?

Nous avons rappelé aux élus qu’il s’agissait désormais d’une question de sécurité !

C’est la sécurité de nos concitoyens qui est en jeu, avec une sursollicitation qui hypothèque quotidiennement notre réponse opérationnelle pour les véritables urgences. Mais c’est aussi la sécurité des sapeurs-pompiers avec la multiplication des FPT à 4.
Faut-il avoir recours à un mouvement social fort pour nous faire entendre ? C’est le sens du message que nous avons adressé à l’autorité préfectorale.

COS / CNAS, VOTEZ BIEN !!!

Nous vous annoncions qu’avec le bulletin de salaire du mois de mars, seraient transmis un lien internet, un code et une infographie explicative pour vous permettre de voter pour le prestataire social de votre choix : COS ou CNAS.
De manière unilatérale, l’Administration a changé l’infographie explicative. Aussi nous vous transmettons la première version, rééquilibrée après étude du COS pour vous permettre de faire votre choix en connaissance de cause.
Nous vous invitons à participer massivement à ce sondage et à consulter les prestations offertes sur les sites internet :
• du COS : https://www.cosvaldoise.com
• du CNAS : https://www.cnas.fr
Ce vote déterminera vos prestations sociales dans les années à venir !!!