Jérôme QUEREL, Secrétaire du syndicat UNSA-SDIS 95 s’exprime dans la Gazette du Val d’Oise pour dénoncer les conséquences désastreuses qu’aurait une application de l’arrêt dit « Rudy Matzac / ville de Nivelles » en France.

Alors que la plupart des syndicats se félicite de cette décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne en date du 21 février 2018, l’UNSA-SDIS de France a aussitôt dénoncé les dégâts collatéraux qu’elle engendrerait.

Le 27 juillet l’UNSA-SDIS 95 diffusait une vidéo explicative suivie de plusieurs communiqués pour en expliquer les conséquences sur les agents du SDIS 95 :

  • La fin du double statut pour les SPP en « G24 ».
  • Une baisse drastique du nombre de gardes pour les autres SPP et les PATS.
  • Le même impact sur tous les SPV à terme.
  • Les difficultés pour mettre en place l’astreinte qui ne constitue pas une vérité absolue pour les SPV car, jusqu’à preuve du contraire, Rudy MATZAK a été reconnu comme « travailleur » alors qu’il était en astreinte.
  • Une dégradation de la couverture opérationnelle inédite dans le SDIS 95 et qui ne va pas cesser de baisser pour les Val d’Oisiens voire la fermeture de centres.

Le 6 septembre dernier, la Fédération Nationale des Sapeurs Pompiers de France diffusait un argumentaire confirmant en tout point notre analyse et demandait à ses administrateurs et aux présidents d’Unions de le relayer dans les meilleurs délais auprès du DDSIS, du PCASDIS et du Préfet.