thumbnail of UNSAffichage 41CONGRÈS DE LA FNSPF : LE BRAS DE FER COMMENCE !

Qu’on le veuille ou non, la Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers de France est un acteur majeur dans le paysage des SDIS, pour les SPP comme pour les SPV.
Cette année, leur congrès se tenait à Bourg-en-Bresse du 26 au 29 septembre et l’UNSA-SDIS y était.

L’UNSA-SDIS est au travail !

L’occasion pour nous d’échanger sur les dernières innovations techniques, de découvrir le FPT du groupement de commande des SDIS franciliens mais surtout de rencontrer M. Gérard COLLOMB, Ministre de l’Intérieur, auquel nous avons réaffirmé notre opposition à voir l’arrêt « Matzak » appliqué en France.

Lors de son allocution, il a fait un certain nombre d’annonces dont certaines sont portées par l’UNSA-SDIS :
• La mise en place de plateformes uniques d’appels d’urgences : 112.
• La reconnaissance des SDIS comme principaux acteurs du Secours d’Urgence Aux Personnes.
• Sortir les SPV, et donc les doubles statuts, du champ d’application de la directive européenne 2003-88.

Si ces annonces nous satisfont, nous les accueillons avec beaucoup de prudence et la démission du Ministre de l’Intérieur n’est pas pour nous rassurer.
Ces promesses seront-elles suivies de faits ? Comment exclure les SPV du champ d’application d’une directive européenne ? Sous quels délais ?
Bref c’est un véritable bras de fer qui s’engage avec l’Europe mais aussi avec les organisations syndicales qui ne manqueront pas de multiplier les contentieux.

 

AGRESSIONS, QUELLES SOLUTIONS ?

Après une hausse de 21% en 2015, c’est une nouvelle hausse de 17,6% du nombre de sapeurs-pompiers victimes d’une agression en 2016. Dans le Val d’Oise, ce sont 35 sapeurs-pompiers qui ont été agressés.
Le 4 septembre 2018 Geoffroy Henry, un jeune caporal de la BSPP âgé de 27 ans, marié et père de famille, perdait la vie, poignardé.
Si aujourd’hui toutes les organisations syndicales semblent s’y intéresser, pour l’UNSA-SDIS, bien que de plus en plus violent, il ne s’agit pas d’un phénomène nouveau. Dès le 25 septembre 2014, nous interpellions Bernard CAZENEUVE, alors Ministre de l’intérieur, sur les agressions envers les sapeurs-pompiers.

Constater c’est bien, proposer c’est mieux !

Le 3 juillet 2017, nous adressions un courrier au SDIS 95, non suivi d’effet, pour demander l’élaboration d’une fiche réflexe relative à la protection fonctionnelle des agents qui doivent être informés de l’intégralité de leurs droits en la matière et être accompagnés d’un pénaliste, notamment pour les dommages et intérêts.
Le 6 octobre 2018, lors du congrès de l’UDSPVO, le Président du SDIS 95 a annoncé la mise en place de « caméras-piétons ».

Pour l’UNSA-SDIS nous portons toujours les mêmes revendications :
• La systématisation des dépôts de plainte et l’accompagnement des agents.
• L’élaboration d’une fiche réflexe pour les agents et les chefs de centre, concernant la protection fonctionnelle et tous les droits inhérents.
• L’attribution aux sapeurs-pompiers de la Nouvelle Bonification Indiciaire dite « quartiers prioritaires ».
• Le renforcement des procédures opérationnelles inter-services et des formations ad hoc.
• Des campagnes d’information (communication, médias, etc.)
• La généralisation de dispositifs techniques : vitres, couvertures anti-feu, etc.